Catégorie: Mobile
Posté : 12/06/2012 - 0 commentaire(s)

Cette semaine, je voulais m’attarder sur un sujet important : le mobile. Développer une application mobile n’est pas aisé, tant le marché est en mouvement perpétuel. Cet article se propose de donner une vision claire sur le développement d’application mobile souvent représenté par ses ténors : iOs avec l’iphone et l’ipad, et Android avec ses pléthores de Smartphones et tablettes conà§us par les constructeurs.

Développer une application mobile sur la plateforme Apple et Android.

Pour les entreprises et les marques, les applications mobiles sont devenues un moyen essentiel de création de nouveaux services à  destination des mobinautes. Les applications et sites mobiles permettent de consulter du contenu ou de fournir un service adapté et optimisé sur les terminaux mobiles de type Smartphones et tablettes.

Ces deux terminaux mobiles ont des caractéristiques différentes. Les Smartphones sont caractérisés par une utilisation fortement nomade alors que les tablettes ont une utilisation hybride, au croisement du nomadisme et du sédentarisme.

Les mobiles et les tablettes sont entrés dans le quotidien et sont un moyen d’atteindre efficacement le consommateur.

Ecosystà¨me du mobile

L’écosystà¨me des applications mobiles est essentiellement composé des deux acteurs Apple (avec iOs) et Google (avec Android). Il reste d’autres acteurs relativement important comme RIM ou Windows avec leurs OS respectifs Blackberry et Windows Phone. Aujourd’hui, ces dernià¨res plateformes sont marginales sur le marché. Les entreprises désirant développer une application sur ces plateformes sont déjà  convaincues de la pertinence de ces Os pour leurs segments de marché.

Particularités d’une application mobile

Pour répondre aux besoins et aux attentes du mobinaute, une application doit àªtre pensée pour la mobilité.. Màªme si le service existe déjà , par exemple en application web, l’application mobile ne doit pas àªtre présentée comme une application desktop (ou etre une copie). Tout d’abord car la taille du terminal est différent et aussi car le mobile offre d’autres possibilité que le web.

Les applications mobiles plus performantes que les sites web mobiles

Une application mobile est développée pour atteindre un niveau de qualité, en termes d’ergonomie mais aussi de performance, inégalé par rapport aux autres moyens d’accéder à  un service sur le mobile. Une application mobile peut àªtre indépendante ou àªtre liée à  un service web et utiliser ou non le web.

Environnement : absence d’internet

Une application mobile n’a donc pas obligatoirement besoin d’internet pour fonctionner sur le téléphone. Si l’utilisateur se retrouve dans une zone privée d’internet, alors il pourra continuer à  utiliser son application (màªme si les informations affichées ne sont pas les dernià¨res en ligne dans le cas o๠l’application récupà¨re des informations.)

Les avantages d’une application mobile

Une ergonomie adaptée

Les designers doivent faire face à  de nouvelles contraintes, bien différente de l’IHM classique d’application. Il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance d’une bonne ergonomie pour une application mobile. Les mobinautes sont devenus trà¨s exigeant et s’attendent à  une ergonomie adaptée.

L’ergonomie a un rà´le majeur et si elle est spécifiquement développée pour le terminal mobile, l’expérience utilisateur sera alors meilleure. L’ergonomie est orientée mobinaute lorsqu’elle prend en compte la taille de l’écran, les différentes positions – horizontale ou verticale – du terminal et le respect de la simplicité et de l’intuitivité. L’expérience utilisateur est donc parfaite pour la mobilité et l’application mobile sera préférée aux autres médias.

Mauvais rendu du site web rue 89 sur le mobile

Application mobile rue 89

Les avantages matériels

Les applications mobiles ont l’avantage de tirer parti des caractéristiques du téléphone et de la tablette. Les terminaux possà¨dent un micro, une caméra, un accéléromà¨tre, un gyroscope et un GPS qui permettent des pratiques nouvelles par rapport à  une application web.

App Mac Do avec Géolocalisation

Une place de marché pour les applications

Les applications sont répertoriées sur les magasins en ligne d’applications ou plus simplement les “stores”, ce qui leur permet d’avoir une meilleure visibilité qu’un site web et une faà§on simple d’accéder à  une application répondant à  un besoin particulier.

Play StoreApp Store

La notification push, un avantage discutable

La notification push est un levier marketing puissant et permet d’alerter les utilisateurs. Les messages push apparaissent dans votre barre de notification, immanquable. Attention pourtant, la notification push est un exercice o๠il faut àªtre habile car Apple accepte les notifications push si seulement il y a un intéràªt pour le mobinaute à  àªtre notifié. Les messages purement publicitaires ne sont donc pas possibles par exemple.

Les applications iOS d’Apple pour iPhone, iPad et iPod

iOs comprend l’Objective-C

iOs est le systà¨me d’exploitation mobile qui domine le marché en France avec 55,84 % de parts de marché. Le magasin en ligne d’application est appelé AppStore et représente en nombre 430 000 applications dont 190 000 applications gratuites.

Part de marché des Os mobile en France

En 2011, prà¨s de 50 % des revenus générés par les 200 applications les plus populaires d’Apple provenaient d’achats In-App.

L’achat In-App correspond à  un achat dans l’application de nouveaux services, stages ou goodies spécifiques à  l’application.

Pour la plateforme Apple représentée par l’iPhone, l’iPad et l’iPod, le langage utilisé est l’objective-C. Apple met à  disposition un SDK (Software Development Kit) gratuit et un environnement complet de développement. Comparativement à  Android, il y a moins de terminaux et donc une facilité de prise en compte des résolutions des terminaux Apple. Le développement est donc plus facile à  mettre en œuvre sur l’iPhone et l’iPad que sur Android à  cause de la fragmentation.

Les applications Android de Google pour les Smartphones et tablettes de constructeurs

Android comprend le Java

Android est le systà¨me d’exploitation pour mobiles et tablettes de Google et représente 31,87 % de part de marché en France. Il est devant Apple aux Etats-Unis.

Part de marché des Os mobile aux USA

Le magasin en ligne d’application est appelé Google Play et représente en nombre 350 000 applications dont 230 000 applications gratuites.

En 2011, prà¨s de 65 % des revenus générés par les 200 applications les plus populaires d’Android provenaient de l’achat In-App

Pour la plateforme Google, représentée par les Smartphones et tablettes Android, le langage natif est le Java. De màªme que sur iOs, Android met à  disposition un SDK avec de multiples outils comme un simulateur d’environnement Android. Les difficultés de développement sous Android se manifestent autour de la fragmentation. Google a fait le choix de ne pas donner de consigne de fabrication pour l’utilisation de son Os (en Open Source). Un choix discutable qui permet une plus grande ouverture mais peux poser des problemes de compatibilité lorsque l’on développe une application. Par exemple, on dénombre plus de 500 tailles d’écran différent car Android donne une large possibilité de design des terminaux aux constructeurs. Cela peut àªtre un problà¨me lors du developpement pour maximiser la compatibilité sur tous les terminaux Android. Il existe pourtant des solutions, je vous invite à  lire cet article sur draw9.

Publication d’application iOs sur l’AppStore

Les rà¨gles de l’AppStore

Les rà¨gles d’Apple sont nombreuses et sont accessibles si vous avez un compte développeur.

Les causes de réprobations d’applications sont diverses :

● Applications futiles (fart application),

● Applications non finalisées (qualité insuffisante, amateurisme exacerbé),

● Applications ne respectant pas la législation,

● Applications non fonctionnelles (bug, crash…),

● Applications dont les informations descriptives sont incomplà¨tes et douteuses,

● Applications utilisant des données personnelles sans avertissement,

● Applications utilisant le systà¨me push sans autorisation et de manià¨re inappropriée,

● Applications de type jeu n’utilisant pas le « game center » comme référence,

● Applications ne respectant pas les droits de propriété,

● Applications n’utilisant pas les rà¨gles de Design du guideline d’Apple ou qui change l’interface d’iOS,

● Applications n’utilisant pas le IAP (In-App Purchase) d’Apple,

● Applications de « location »,

● Applications d’agrégation de flux,

● Applications diffamatoires, avec violence, ne respectant pas les aspects privés du mobinaute,

● Applications pornographiques,

● Applications de religion, cultures ou d’ethnies,

● De manià¨re générale, les applications doivent àªtre légales.

Temps de validation

Publier une application sur l’AppStore repose sur l’approbation des équipes d’Apple. Aprà¨s un délai d’entre deux semaines et un mois, l’application sera validée si elle n’enfreint pas les rà¨gles d’Apple.Prix de la diffusion d’une application sur l’AppStore

Si le SDK est distribué gratuitement, la diffusion d’une application sur l’AppStore est, elle, payante. Apple propose plusieurs types de compte pour diffuser une application sur l’AppStore. Le compte standard propose pour 99 $ par an la diffusion d’applications, tandis que le compte entreprise vous permet la distribution d’applications au sein du parc iOS de l’entreprise que l’on appelle couramment le « in house »

Le prix de l’application est libre mais chaque vente d’application est ponctionnée de 30 % du prix final par Apple. Apple ne prélà¨ve aucun montant lorsque l’application est gratuite.

https://developer.apple.com/

Publication d’application Android sur Google Play

Pas de rà¨gle - plus d’innovation - plus d’applications gratuites

Contrairement à  Apple, Google ne contrà´le pas la diffusion d’applications sur son magasin en ligne Google Play. Il vous sera demandé 25 $ de frais de dossier et Google rejoint Apple en ponctionnant de 30 % les applications payantes. Il existe tout de màªme des rejets d’applications du Google Play lorsque des utilisateurs déposent une plainte auprà¨s de Google.

http://developer.android.com/index.html

Voici les statistiques du nombre d’application sur iOs et Android :

Nombre d'application sur l'appstore et le playstore

Think big !

C’est un mantra important dans le mobile. Si en France Android n’est pas encore un réel opposant au rouleau compresseur que peut àªtre iOs, il ne faut cependant pas le sous-estimer. Si l’on regarde l’analyse que nous venons de faire, il est important de développer une application sur iPhone, mais aussi sur Android. D’une part car une application mobile peut àªtre téléchargée mondialement mais aussi car les forces de marché poussent au développement sur Android. Et pour finir de vous convaincre de l’importance de développer sur et pour le mobile, on a recemment relevé que la consommation d’internet depuis le mobile ne cesse d’augmenter et à  màªme dépasser la consommation d’internet depuis un ordinateur classique dans certains pays.

Un commentaire, une remarque ? Ils sont les bienvenus !

L’équipe Synbioz.

Libres d’àªtre ensembles.

 [...]
Catégorie: Développement web,Ergonomie - Architecture de l’information,Mobile,Webdesign
Posté : 12/06/2012 - 0 commentaire(s)

Les internautes accà¨dent de plus en plus à  du contenu via les mobiles, les tablettes et sur d’autres supports comme les TV par exemple. Pour le consommateur, ces terminaux offrent des expériences différentes de navigation : des sites web aux rendus différents et des expériences parfois frustrantes, surtout lorsque l’on doit zoomer avec un smartphone. Devant la multitude de formats possibles, les utilisateurs n’accà¨dent et ne profitent généralement pas idéalement du site web qu’il consulte, màªme si vous avez pensé à  prévoir des designs différents pour certains terminaux. Le responsive web design répond à  cette tendance actuelle de consommation des contenus web sur différents supports et a pour objectif de proposer à  l’utilisateur une expérience de navigation identique, quel que soit le terminal utilisé.

Le marché web et mobile

En effet en 2011, le marché est là  et ne cesse de croà®tre : 38 millions d’internautes, 18.3 millions de mobinautes et 1,5 million de tablettes en France. Autant de nouveaux segments de marché que les entreprises ne doivent pas perdre ! Les entreprises qui désirent maximiser leurs audiences afin d’augmenter leurs revenus, doivent donc désormais composer avec des consommateurs exigeants en matià¨re de services web : leur expérience utilisateur doit àªtre excellente sur tous les supports. Pour ce faire, de nombreuses possibilités s’offrent à  elle.

Les marques et la maximisation de leur audience

Les marques et les objectifs du Responsive web design sont concomitants et s’inscrivent dans les normes web du W3C, en tous cas pour l’accessibilité du web par tous et partout. Le responsive web design répond donc à  un objectif de maximisation des audiences et à  l’augmentation de l’accessibilité des services web sur tout les supports. C’est à  dire qu’il permet par la conception du design et de l’ergonomie à  adapter le site web à  toutes les résolutions existantes et notamment aux nouvelles résolutions qui fleurissent.

Nous allons voir dans cet article quelles sont les bases du responsive web design et sa composante technique différente du design classique.

Le responsive web design et la technique

Le responsive web design a une composante technique beaucoup plus forte que le design « traditionnel ». Il va s’aider des dernià¨res normes de l’HTML5 et du W3C tel que le CSS3, les médias queries et les grilles flexibles. Le designer prend donc une place plus importante au sein de l’équipe et s’impliquera énormément avec l’ergonome et le concepteur web.

C’est donc une évolution du métier de designer qui devra posséder des compétences techniques plus fortes qu’auparavant.

Prenons tout d’abord un exemple d’un site avec un responsive web design : http://colly.com/

Ce n’est pas simplement une adaptation sur mobile ou tablette, vous pouvez jouer directement avec la taille de votre fenàªtre et vous verrez que le site n’est pas figé. C’est idéal pour travailler avec des fenàªtres réduites et l’accà¨s à  d’autres terminaux comme le mobile, vous l’aurez compris.

Une conception nouvelle.

Le responsive web design s’intéresse tout particulià¨rement au rendu sur le mobile autant que le rendu sur desktop. Au point qu’il remet en cause les principes de conception du design des interfaces d’application en concevant le design sur le mobile avant le design sur le desktop.Le designer concevra dà¨s lors le design mobile en version adaptée voir allégée, puis ajoutera au fur et à  mesure de sa conception des fonctionnalités, des différences graphiques ou des mises en avant de service adaptées aux terminaux sur des résolutions plus grandes. L’ergonome et le designer réfléchiront particulià¨rement aux différents scénarios de navigation sur les différents supports. Nous aurons donc une expérience utilisateur maximale sur tout les terminaux en mettant le plus difficile en premià¨re ligne de la conception et en optimisant son contenu.

Comme nous l’avons vu en introduction, le designer devra s’aider de l’HTML5 et du CSS3. L’HTML5 est formidable sur beaucoup de point, avant d’aller plus loin il faut tout de màªme mettre en garde son utilisation. L’HTML5 n’est pas compatible avec les anciennes versions de navigateurs. C’est à  dire que les anciens navigateurs ne supportent pas les dernià¨res implémentations de ces technologies. C’est donc une information cruciale, si vous voulez utiliser le responsive web design, il faut alors bien connaà®tre vos auditeurs et utilisateurs. Mais il existe des solutions que j’exposerai un peu plus tard.

Pour que ces scénarios soit véritablement efficaces sur tous les supports, on se rend compte trà¨s rapidement qu’il faut identifier ce qui est pertinent pour les utilisateurs et pour le business model. L’important n’est pas de concevoir un site adapté au plus contraignant des terminaux mais de concevoir un site web qui correspond à  ce que d’une part le consommateur recherche et d’autre part à  ce qui est important pour votre entreprise.

L’aspect technique

A la différence du designer qui peut n’utiliser que photoshop pour concevoir un design, le responsive web design utilise trois composantes techniques clef qui sont :

  • Les grilles flexibles
  • Le CSS3
  • Les medias queries

Les grilles flexibles vous permettront d’adapter en proportion les éléments du sites web en fonction de la résolution et du terminal. La conception sous forme de grille est souvent représentée sous formes de plusieurs colonnes et cette conception ne peut pas àªtre utilisée facilement sur mobile.

Pour que le design du site web soit parfait sur le mobile, il faudra alors utiliser les media queries. Il faut bien comprendre qu’en commenà§ant par le mobile, ce sera le desktop avec les navigateurs qui vont gérer le plus de medias queries à  la fin de la conception et non pas le contraire.

Optimisation

Le màªme design pour chaque média pose aussi un problà¨me d’optimisation. Si les textes s’adaptent facilement dans les colonnes et à  la variation de taille, il en est autrement pour les images et les videos. Et charger une image avec des tailles différentes ne sera pas optimale, surtout en 3G ou moins sur mobiles. Il faut donc d’une part que les images soit elles aussi flexibles, c’est à  dire qu’on affiche une bonne image pour le bon format et notamment de ne charger que les éléments utiles au terminal. Pour cela je vous conseille de regarder du coté de Responsive Images et de scale video. Dernier lien pour l’optimisation, vous pouvez explorer Respond pour augmenter la compatibilité avec les anciennes versions de navigateurs.

Pour résumer les points positifs du responsive web design :

  • On a un seul design qui s’adapte à  tous les terminaux.
  • On peut ne pas développer une application mobile (sauf si on utilise les capacités du mobile).
  • Plus besoin de concevoir un nouveau site web si un nouveau format apparaà®t.
  • Inutile de développer un site mobile spécifique.
  • Cela correspond au principe d’accessibilité du web.
  • Plus d’indépendance par rapport aux différents OS mobiles.

Pour aller plus loin :

Twitter Bootstrap

Smashing Magazine : responsive web design tutorial

Exemple de site responsive web design du blogwebdesign

L’équipe Synbioz.

Libres d’àªtre ensembles.

 [...]
Catégorie: Mobile
Posté : 15/03/2012 - 0 commentaire(s)

Le Mobile World Congress (MWC) se déroulait cette année à Barcelone, plus de 60 000 visiteurs se sont rendus à cet évènement mondial et ont pu suivre attentivement les annonces des fabricants. Voici ce que nous avons retenu de ce forum mondial, qui annonce les tendances de l’année 2012 et même de 2013.

Systèmes d’exploitation mobiles : Android et iOS conservent leur avance.

Avant de présenter les nouveautés en matière de mobile, un rapide tour d’horizon sur le marché des mobiles intelligents et des tablettes s’impose. Depuis notre dernier article sur le marché mobile, on note une belle progression d’Androïd avec une part de marché de 50% et d’iOs qui lui emboite le pas avec 27% du marché. Loin derrière ces deux leaders, Windows phone stagne à 2%. Le reste des Os mobile, comme Symbian, suit tout aussi difficilement.

Course à la puissance

Les fabricants nous ont présentés leurs modèles pour l’année 2012. Une tendance au resserrement des gammes se note très clairement. Les fabricants se limitent parfois à 3 choix : bas, moyen et haut de gamme, mais qui s’adapteront à tous les budgets.

L’accent n’est donc plus mis sur la diversité des modèles et des offres mais sur la puissance des terminaux. Qualcomm n’est plus le seul à offrir des puces ARM et se voit distancé par de nouveaux entrants. Des fondeurs se sont présentés au MWC avec des nouvelles puces quadcores et Qualcomm, pourtant leader sur le marché, est aujourd’hui le seul à ne pas avoir de modèle quadcore dans ses offres. Nvidia, avec ses Tegra, Intel et Texas Instrument nous annoncent donc une vraie course à la puissance. Les grands gagnants seront ceux qui d’une part proposeront des puces économes en énergie et d’autre part un écosystème destiné aux développeurs de jeux vidéo. Dans cette course, Nvidia part avec une longue d’avance grâce à son excellente connaissance du marché des jeux vidéo et à sa Tégra-zone.

Tegra Zone

Grâce à cette compétition, c’est donc le marché des processeurs mobiles qui s’ouvre à la concurrence et dont, nous, consommateurs de mobilité, allons tirer profit.

De nouveaux Smartphones de pointe

Avant de vous présenter les nouveaux Smartphones des constructeurs, je vous annonce l’implémentation chez tous les constructeurs de la 4 G (ou la LTE), déjà bien présente en Asie et depuis l’année dernière aux USA. Pour l’Europe, il faudra très probablement attendre l’année prochaine. Nous espérons tous que le bouleversement de Free poussera SFR, Orange et même Bouygues à investir plus vite que prévu ce marché.

Autre technologie qui s’implémente du côté des constructeurs, la technologie NFC (Near field communication) nous permettra d’échanger des données. Et surtout concrètement de payer avec nos terminaux mobiles. Là encore, il faudra pourtant attendre un peu car la NFC signifie de nombreux investissements du côté des PME et des grandes entreprises pour équiper les commerçants et grandes surfaces.

HTC One

Liste d'utilisateurs

Dans le HTC One, son constructeur, HTC, ne s’écarte pas de sa ligne de design de téléphones mobiles. La pâte HTC et la qualité de ses Smartphones avec coque métallique est toujours là. Pour ma part, cependant, je regrette grandement le parti-pris de faire des coques monobloc où la batterie ne sera plus accessible. Cela étant dit, le HTC One X sera certainement le prochain Smartphone star de la marque. HTC, qui péchait il y a quelques années sur la qualité de ses photos, a aujourd’hui bien repris le dessus avec des photos de très bonne qualité et avec, du côté des applications de gestion des photos, le développement d’une application bien aboutie offrant la possibilité de filmer tout en prenant en même temps des photos.

Samsung

Liste d'utilisateurs

Samsung continue sa série de mobiles Galaxy qui a très bien marchée en 2011, grâce à des appareils de très bonne facture. Le Galaxy SIII n’a pas été présenté au MWC mais sera certainement le produit phare de 2012. Il sera à lui seul un évènement préparé pour très bientôt par Samsung. Nous avons également apprécié l’évolution du Samsung Beam, un mobile de 14 mm d’épaisseur seulement, qui dispose d’un pico-projecteur intégré et qui permettra, en association avec des softwares dédiés de faire des présentations annotées. Le Samsung Beam marque une réelle innovation au Mobile World Congress.

Sony Xperia

Liste d'utilisateurs

Sony a annoncé le rachat d’Ericsson et est maintenant seul à la barre pour le développement de ses appareils mobiles. On remarque de la part de Sony une réelle implication sur le design de ses appareils, qui se concrétise dans le design réussi de ses Smartphones déclinés en trois gammes : les séries P, U et S. Sony a certainement une carte à jouer grâce à un écosystème qui le diffère par rapport à ses concurrents, notamment en ce qui concerne ses services de musique, de vidéo à la demande et la possibilité d’inter communiquer avec d’autres périphériques comme les nouvelles Télévisions Brava.

Nokia avec Windows phone

Liste d'utilisateurs

Nokia revient sur le devant de la scène grâce à un superbe effet d’annonce marketing : un appareil photo embarqué à plus de 41 Mégapixels. Nokia, qui a fait sensation avec ses nouveaux designs l’année dernière, fait naturellement évoluer sa gamme avec le Nokia 610 de moyenne gamme et le 900 haut de gamme qui se doté d’une caméra en façade et supportera la 4G. Et annonce donc le Pureview 808, un appareil photo à 41 mégapixels interpolé, c’est-à-dire un appareil de 12 mégapixels augmenté par logiciel à 41 mégapixels. A tester donc. Le point noir pour ce mobile est qu’il est proposé sur l’OS Symbian Belle, un OS en perte de vitesse, destiné au marché émergeant et dont la fin est déjà proclamée.

Les produits Chinois montent en gamme : Huawei

Liste d'utilisateurs

Pour finir sur les Smartphones qui m’ont le plus surpris pour cette édition du MWC, je souhaite mettre en valeur les Smartphones Chinois de HuaWei. Après le P1 S “le téléphone le plus fin du monde” de 6,9 mm, Huawey sort les armes et propose le Ascend D et le quad XL “les Smartphones le plus rapide du monde” grâce à un processeur 4 coeurs maison (le K3V2). Huawey a donc mis la barre très haut et part à la conquête de son énorme marché national et attaquera sans nul doute le reste du monde en concurrence direct avec Samsung.

Tablette

Si l’année dernière l’accent de tous les constructeurs était mis sur les tablettes, cette année, les annonces étaient plus discrètes, certainement dues à des ventes qui n’ont pas été au-delà des espérances des constructeurs.

Asus

On remarquera Asus qui définit plus finement sa stratégie en renommant toutes ses tablettes Asus Transformer Pad, plus simple que l’ancien Eepad transformer. Asus nous a présenté aussi un nouveau concept : le Padphone. Le Padphone permet de glisser un Smartphone sous Androïd 4 dans un écran de 10 pouces. Cette nouvelle tablette donc, peut se brancher sur un clavier et peut être utilisé avec un stylet Bluetooth. Et le stylet peut faire office dans cette configuration de téléphone ! Asus a donc réussi un tour de force en étant le seul à proposer un écosystème complet et unique en son genre.

Liste d'utilisateurs

Apple

Apple n’était pas vraiment présent au MWC mais a été récompensé par l’industrie en remportant le Global Mobile Award par la GSM association. L’iPad 2 est la tablette qui a fait le plus de ventes et définit à elle seule le marché des Tablettes. L’ipad 3 doit être annoncé dans la Keynote du 7 mars et sera certainement encore un énorme succès pour la marque à la pomme.

Samsung Note

Un nouveau segment est apparu en 2011, à mi-chemin entre la tablette et le téléphone et dont l’ambassadeur est le Samsung Note. Le Samsung Note a véritablement été un succès pour Samsung avec 2 millions d’unités vendues. Pour cette année 2012, Samsung décline donc le Samsung note en version 10 pouce et continue à développer un stylet capacitif de haute qualité en partenariat avec Wacom et du coté software avec Adobe.

Liste d'utilisateurs

Conclusion

Le Mobile World Congress nous aura donc présenté des smartphones haut de gamme qui montent en puissance et en esthétisme. Le marché suivra certainement ces innovations. Pour nous, les réelles innovations se tourneront vers l’expérience utilisateur. C’est à dire la possibilité d’utiliser son smartphone sur plusieurs périphériques et l’échange de données gràce au cloud. Imaginez de commencer à regarder un film sur votre smartphone que vous avez acheté sur une boutique en ligne, puis sans interruption, continuez à regarder votre film sur votre télévision ou sur votre tablette… Génial, non ?

 [...]
Catégorie: Gestion de projet,Mobile
Posté : 08/03/2012 - 0 commentaire(s)

When you’re developing an app, there always comes a time when you need to test your app. See how users react to your app idea, check its usability, determine if and when the app crashes and how to handle the crashes, discover if any new features could be implemented… The best way to see how your app behaves on its own and how it is handled by users is to release a beta version of your app. That way, you have access to a whole community of users and developers that will test your app in every possible way.

If you’re a serious reader of our blog -– and we know you are -– , you already know we develop web apps through iteration, a concept stemming from agile web development. We apply the same process to mobile app development. So today, to show you how we test apps, let us introduce to you an outstanding app and great service: Hockeyapp, a service that has only one goal in mind: help you perfect your apps.

Quite frankly, we’re in love with Hockeyapp. It’s that great a service. Say you want to test your app but aren’t sure how to go about it or how to get people to give it a spin. Hockeyapp lets you upload your app on its platform so it can be tested and then supplies you with a seriously good bunch of services for your app. Crashreports, live reporting, bug reporting… You name it. Some of you may have heard of Testflight App: Testflight offers the same kind of services except Hockeyapp is also for Android apps and soon OSX apps.

First, you’ll need to install Hockeyapp and integrate it with your app. This video by Andreas Zeitler (for Hockeyapp) explains to you in a clear and straightforward manner how it’s done:

All integrated and ready to go? Here’s what you need to know about Hockeyapp’s handy features.

Live crash report

HockeyApp lets you know exactly when your app crashes in log like apple format, tells you why and provides you with a variety of views and statistics so you can know everything you need to know about those snide little crashes, immediately after they happen.

All you have to do is integrate an open source library (QuincyKit for iOs and HockeyKit for Android) into your app and voilà! Crash reports are immediately delivered to HockeyApp and then “translated” in a language you’ll understand – no more of that cryptic iOS and Android crash report language for you.

Hockeyapp also helps you make sense of all the crashreports so you can fix the bugs in a timely and efficient way. First, when applicable, the crash reports are grouped together, per place where the crash occurred for instance. This makes bug fixing a lot easier.

Second, you can filter your crashreports any way you like: say you only want to see crashes that occurred on a specific type of device, or just want to see a list of the crashes that haven’t been fixed yet: just create a filter and you’re good to go!

Lastly, HockeyApp can also be integrated directly into your development process so you don’t have to waste anytime working on different systems at the same time. Lucky we are, it works like a charm with our Redmine. So, all you need to do is connect the App to your bug tracking system. This will then allow you to create and assign tickets from within HockeyApp for each group of crashes.

Distribution

Hockeyapp also helps you with distribution, starting with helping you send out your app to the testers. To distribute your beta versions directly onto the testers device, simply upload your application to the server. HockeyApp will then provide you with everything you need to get the app distributed easily, including automatically generated links to install your app on the testers’ devices.

So thanks HockeyApp we won’t be annoyed anymore by sending the ipa file to each users.

Worried about security? The platform offers an array of security measures to toggle with so you can keep out tester, prevent developers from adding their own certificates to your app. Conversely, worried about seeming too restrictive and uptight? Hockeyapp lets the testers you’ve allowed easily access your app. No need to sign up or create an account. Visiting config.hockeyapp.net on your iOS device will give you quick access to all your apps through a single webclip, whether you are a developer or tester.

Analytics

Another major part of testing your device is getting feedback on it. Get an overview of the overall test coverage of your application, see how well each version of your beta app is tested, know exactly which device types the app is being tested on and how it’s performing. Get accurate measures of how long each tester has spent on your app, what they tested the most, who’s actually helping a lot in testing the app and who’s not really spending the required time on it to be useful to you. You know how test slots are precious!

HockeyApp also provides detailed analytics on the different languages your application (status for each language…), as the developers behind this service know perfectly well that more languages your application supports, the more testing is required. By giving you detailed stats on the status for each language your app supports, HockeyApp lets you focus on the areas that need attention.

Conclusion

Like we saw in this article, HockeyApp helps you to deal with your beta version. All the features you need to test your app are in HockeyApp to release a perfect application. Maybe, you are a testflightapp user and happy with that. But if you want try out a new and stunning application, it’s worth giving a shot at HockeyApp.

What is your point of view ? Testflightapp or HockeyApp ?

 [...]
Account management - Vente, Développement web, Développement mobile
Cette semaine, je voulais m’attarder sur un sujet impo...
Les internautes accà¨dent de plus en plus à  du contenu ...
Le Mobile World Congress (MWC) se déroulait cette année à B...